Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Esprit zen, esprit neuf

27 Août 2007, 09:12am

Publié par Lionel

DSC04054.JPG

Bouddha avait raison ! Le désir jamais n'entre en sommeil. Me voilà paré des plus beaux bijoux : théière Yixing en terre épuisée, théière de potier taïwanaise, bateau et tasse en céladon de l'époque Qing, superbes vieux pu er et wulongs...Avec pour écrin une armoire où les espaces vides se font rares. Alors qu'il y a seulement quatre ans, un simple petit meuble suffisait pour abriter quelques modestes thés rouges, wulongs et thés verts, et une théière -bouilloire- en fonte qui servait à infuser tous les thés. Que de chemin parcouru ! Quelle formidable réussite ! Vraiment ?
Souvent je me dis que j'aimerais repartir à zéro. Retrouver la joie de découvrir un Grand Yunnan quand ma seule idée du thé était un sachet jaune avec deux sucres. Esprit zen, esprit neuf. Retrouver cet esprit neuf, se mettre à nu, se défaire de ses belles parures. Mais pourquoi cette envie ?
- car objectivement déguster un Tuo Cha 1986 en théière Yixing ancienne réjouit bien plus les papilles qu'un simple thé rouge sorti d'une théière en fonte ;
- ou alors repartir à zéro pour retrouver cette formidable stimulation intellectuelle et sensitive qui nous conduit à découvrir des nouveaux thés et ustensiles : "waouh ce sencha !", "mon premier Gao Shan Cha !", "Terrible cette galette 1985 !". Se mettre à nu pour à nouveau couche après couche se vêtir de ses plus beaux vêtements. Se défaire de ses possessions pour à nouveau pouvoir se soumettre au désir ? Bouddha doit se retourner dans sa stupa s'il lit ces lignes !
Non. Ressentir ce besoin de revenir aux sources, au dénuement doit nous alerter, nous avertir que nous sommes pris dans le tourbillon du désir, dans l'euphorie du "toujours plus". Et nous inciter à ne jamais perdre cet esprit de débutant (beginner's mind), cette virginité devant un thé, qu'il soit simple thé rouge ou raffiné wulong de haute montagne, infusé en grande théière ou dans une rare Yixing. Etre ici et maintenant pour chaque thé.

Commenter cet article

lio 26/09/2007 09:41

Article très sympathique qui colle bien au titre de ton blog. Ces quelques lignes font écho à mon GFC de l'autre soir. Une galette de cru de 92, magnifique, qui dans mon souvenir nous emmenait en montagne avec ses notes de miel de bourgeons de sapin. Et là, surprise, je ne sais pas si c'est moi ou le thé, sûrment un peu les deux, mais me voilà transporté à la havane par ce goût de montecristo, non pas la fumée mais l'odeur du cigare lui-même, l'odeur avant qu'il soit allumé. Surprenant, points de repères perdus et surprise garantie. Ces thés ne nous laissent jamais tranquille.
Quel plaisir..

Michel 27/08/2007 12:37

C'est marrant comment l'esprit humain passe à travers plusieurs pensés diverses. le désir du 'beginners mind' de retrouver la sensation du frais de la toute première découverte. .C'est une sensation et un désir véritable, un 'nostalgia' en queleque sorte. Cette pensé n'est pas mauvaise en soit mais toi et Benead ont raison.de toute façon qu'in le veuille ou non le 'présent' est toujours au rendez vous. C'est la seule vrai certitude ..

Benead 27/08/2007 10:10

Souvent je me dis que j'aimerais repartir à zéro. Retrouver la joie de découvrir un Grand Yunnan quand ma seule idée du thé était un sachet jaune avec deux sucres. Esprit zen, esprit neuf. Retrouver cet esprit neuf, se mettre à nu, se défaire de ses belles parures.Si tu veux je peux t'aider pour ça :DPlus sérieusement je comprends se que tu resents, je suis au totu début de ma route du thé, je découvre très régulièrement (plus tout les jours en se moment malheureusement) et j'espère garder ce plaisir encore très longtemps.Finalement chaque infusion quelle soit d'un nouveau thé ou d'un thé déjà tellement infusé, dans une nouvelle ou une plus ancienne théière (je parle de nouveau ou vieux dans le sens "nouvelle" aquisition) est différente des autres et reste une découverte et un plaisir à part.