Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Balade dans les rochers

21 Octobre 2007, 15:46pm

Publié par Lionel

DSC04567.JPG

Depuis quelques semaines, mes envies de thé vont essentiellement vers les wulongs dits de "rochers", de la région chinoise de Wuyi. Je n'ai pour l'instant en ma possession que le Rou Gui acheté cet été à La  feuille de thé à Lannion. Je le dégustais surtout en zhong ces derniers temps. Hier je l'ai testé en théière : ma première théière en terre cuite, achetée à la Maison des Trois Thés en 2003, que j'avais alors destinée aux wulongs fleuris, dont le Cui Yu dont parle Emmanuel / Cha u Thé qui est un de mes premiers coups de coeur, et aussi le Wen Shan Bao Zhong, Dong Ding etc...Aujourd'hui j'ai moins d'attirance pour ces thés, si bien que cette théière peut être consacrée à une autre famille de thés. 
5g pour un volume d'environ 12cl. Le parfum des feuilles sèches, une fois la théière chaude, moment toujours exceptionnel chez les rochers (comme chez les pu er), est moins plaisant qu'en zhong je dois dire. La théière semble enfermer les parfums, les empêcher de venir à mes narines, et semble en outre imprimer sa propre empreinte au thé. Si bien que je ne retrouve pas le parfum de torréfaction et de chocolat sucré que je trouvais en zhong. Pourtant cette théière n'a pas vu passer des centaines de thés fleuris, et visuellement, à l'intérieur, elle est presque comme neuve. 
La première infusion de 15 secondes est plutôt claire, translucide. C'est très bon, léger de corps, pas de grosse densité chocolatée ou fruits secs comme peuvent le promettre les feuilles sèches, et que l'on peut peut-être trouver sur des rochers plus hauts de gamme. Joli mordant. Une liqueur tout en subtilité, en raffinement, harmonieux enchevêtrement de chocolat et de notes torréfiées sur une structure et un relief intéressants. 
Liqueur 2, 20 secondes d'infusion. Proche de la première. Avec une note nette de cassis environ 1 minute après avoir avalé, de la glace au cassis. Ce thé je crois est appelé Rou Gui Cassia. Je n'y pensais pas au moment de la dégustation, donc pas d'auto-persuasion...
Les liqueurs 3 (45 sec) et 4 (1min) sont encore jolies mais les 2 premières sont tout de même plus fidèles à l'esprit des rochers.
Ce thé est donc très agréble. Certes il n'offre peut-être pas la palette aromatique de grands rochers, ni leur persistance à de nombreuses infusions. Mais les 3 premières liqueurs valent vraiment le coup. Quand à l'intérêt de la théière face au zhong, un point positif : les liqueurs ont peut-être plus de corps et de force (mais je vais encore le vérifier), un point négatif : la théière interfère trop dans l'expression du parfum des feuilles sèches puis humides, chose à laquelle je suis très attaché...

Avez-vous aussi véçu cela : avoir le coup de foudre pour une nouvelle famille de thés, et leur consacrer l'essentiel de vos dégustations pendant plusieurs mois ? Les pu er ne m'attirent presque plus ces temps-ci, alors qu'ils sont ma passion depuis 2 ans. Depuis cet été je rêve de rochers, et ce rou gui m'accompagne souvent. Les noms des thés de cette famille me font rêver :
-Da Hong Pao : grande robe/manteau rouge
- Bai Ji Guan : crête de coq blanche
- Tie Luo Han : nom d'une divinité bouddhique (tie = fer comme dans tie guan yin)
- Ban Tian Yao : ceinture au milieu du ciel
- Shui Jin Gui : tortue de l'eau d'or
- Ba Xian : huit esprits
- Bei Dou : étoile du nord
- Shui Xian : fleur/narcisse d'eau.

Je vous reparlerai certainement prochainement de cette famille de thés, surtout lorsque j'aurai l'occasion d'en goûter d'autres. Si d'ores et déjà vous avez des expériences à partager autour de ces rochers (mode de préparation - idéal = gros dosage et brefs temps d'infusion ?, dégustations...) je suis évidemment très intéressé (je crois savoir que Raphaël est aussi un grand amateur, tout comme Jean Danthes...).

Commenter cet article

Gilles Brochard 16/10/2008 09:54

Cher Lionel,grâce au blog de mon amie Francine Watrin j'ai atterri sur le votre  qui m'enchante parce qu'il me fait voyager d'une théière à l'autre d'un thé à l'autre avec la poésie de votre écriture, i'imagination de votre esprit et la singularité de vos sentiments envers un univers chargé d'émotions. Il en est du thé comme de la  vie : nous avons tous des réactions personnelles et une tendance plus réjouissante à évoquer ce qui nous émeut. Avec le thé on passe toujours du savoir (empirique) à la connaissance (toute personnelle). Et nous ne sommes jamais assez rassasiés de ces inlassables infusions quotidiennes. Pour vous amuser j'ai retrouver un document que je soumets à vos lecteurs : une photo de mon ami François Ozon, le cinéaste d'Angel (ô délectations des coeurs brisés) qui aime le thé.... Dans l'édition allemande du magazine Vanity Fair de septembre 2007, il posait devant une théière qu'il fait déborder en se servant. Chacun pourra y dénicher la métaphore de son choix.... Mais je trouve très beau cliché très révélateur.... Bonne chance pour la suite de votre blog.Gilles Brochard qui vous félicite (pour les textes et la qualité de vos photos). 

lionel 23/10/2007 13:24

Eric : merci pour ces precisions, j'ai pourtant bien trouvé du cassis, mais pas de trace de cannelle...la cannelle de chine est la même que nous connaissons ici ?Emmanuel : que de coïncidences sur nos expériences du moment ! Je prefere aussi la theiere noire dans sa cordelette.Raphaël : je compte bien effectivement me faire les papilles sur des references d'entrée de gamme, notamment les Wuyi Rou Gui 1 et Shui Xian 3. Ceux dont tu me parles là,  notamment les Tie Luo Han sont deja à des prix assez élevés, j'y viendrai dans un second temps si mon interet se confirme pour cette famille...Merci Philippe pour la photo ! J'aime bien jouer avec les ombres, comme pour la photo avec Don Quichotte...

Philippe Zingle 22/10/2007 10:53

Sympa ta photo Lionel !

raphael 22/10/2007 10:00

C'est vrai que cette famille me parle bien.J'ai consacré ma première exploration sérieuse des wulong à cette famille. J'ai dû goûter à peu près tout ce qui était abordable sur la carte de la M3T.Si je peux me permettre, laisse de côté pour l'instant les prestigieuses références pour habituer ton palais à cette famille.Pour rester sur la carte de la M3T, je te recommande les références suivantes, pour débuter:Tie Luo Han 1 et 2 (assez différents, le premier est plus rond, le second très tendu), Shui Xian 5 (nez superbe),  Wuyi Rou Gui 5 (beaucoup de caractère)  parmi d'autres. Pour le dosage, cela dépend vraiment du volume de ta théière. Si tu utilises celle de la photo, 4g devraient suffir avec des infusions de 15" à plusieurs minutes au fil de la dégustation. Après, si tu montes en gamme de thé, tu pourras apprécier la souplesse dans la préparation. En zhong, ne dose pas trop, compte tenu de la puissance de ces thés.

emmanuel 21/10/2007 19:03

Quelle coincidence! Cette famille de thé m'intéresse également de plus en plus et je suis précisemment en train de convertir aux rochers ma théière noire de la m3t (la même que toi) que j'utilisais pour les pu'er crus jeunes. Et pour la conversion j'ai utilisé un... rou gui (pas acheté à Lannion néanmoins).Sinon j'hésitais à couper la cordelette qui joint le couvercle et l'anse de la théière. Sur ta (très jolie) photo je la trouve élégante sans son artefact. Du coup elle ne va pas faire long feu.