Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Shui Jin Gui

27 Septembre 2008, 17:26pm

Publié par Lionel


Cette "tortue de l'eau d'or" a rejoint ma petite collection de rochers depuis dimanche dernier. Je l'ai préparé dans ma théière "chocolat" à 7g pour 14 cl.

Sur les feuilles sèches, arrive en tête la note pyrogénée, signature de la torréfaction que l'on sent d'emblée assez forte sur ce thé. Puis se succèdent les notes pâtissières, cacao, chocolat noir, du café aussi. Et chose surprenante, un flash de tannins d'un bon Médoc. Vraiment quelques secondes mais je crois bien que c'était ça...
Sur les feuilles rincées le café est encore plus présent, quand on y donne des "coups de nez" ou des inspirations courtes et profondes, j'adore.

1ère infusion d'environ 20 secondes : couleur soutenue, on y pressent de la force, de l'amertume ? En bouche, la note de tête domine, le corps est léger. Cette note de tête est celle de la torréfaction. La finale est moyenne, assez marquée mais elle demeure peu. Il faut remuer la liqueur en bouche pour revenir chercher cette note principale, assez moelleuse finalement. Une amertume se fait sentir sur l'arrière de la langue, non désagréable elle donne du relief. Puis, autre surprise après le Médoc, du tabac, de la cendre en très fin de bouche, après plusieurs minutes...

2è infusion de 30 secondes. L'amertume guette sans cesse sur l'arrière de la langue, mais encore une fois j'aime assez ça, il faut savoir la dompter c'est tout. Ce rocher a peu de corps, il n'a pas ce fondu entre ses différentes notes/composantes qu'ont d'autres rochers que je connais. Je crois que c'est chez Alain/Liqueur de thé que j'ai lu qu'une qualité importante chez un rocher est ce caractère de fondu, de liant entre les riches notes que renferme un rocher : minérale, chocolatée, florale, fruitée...Une capacité à lier tout ça, sans qu'aucune note n'écrase l'autre, mais que magré tout chacune s'exprime. Ici, la note de tête torréfiée domine et écrase un peu trop le reste à mon goût.

3è liqueur : autre type de liqueur, un côté "watery" apparaît. Je pense que j'ai poussé un peu trop les 2 premières infusions, et "mal géré" ce thé sur la durée...

Un joli thé donc, simple, plutôt torréfié, qui n'offre certes pas une palette aromatique très large mais qui se laisse découvrir avec plaisir. Un rocher qui au sein d'une petite famille permet de mettre d'autres frères et soeurs de meilleur calibre en valeur.

Autre surprise de cette dégustation, c'est un parfum de confiserie, de sucre cuit qui se dégageait des parois extérieures de la théière lorsque je l'enduisais de thé avec mon pinceau pour la pâtiner. Vraiment net. Cette théière n'a pas fini de me surprendre et de m'enchanter...

Commenter cet article

Francine 12/10/2008 22:23

Merci pour ta réponse, j'ai parlé de ton blog dans mon dernier billet... et le pinceau fait maintenant partie de mon rituel!

lionel 04/10/2008 17:45

Je pense que son côté torréfié ressortirait de façon trop aigue dans de la porcelaine, dans la Wendan oui ça donnerait de belles choses, j'ai de temps en temps ainsi dégusté ton Rou Gui...
Et oui le plaisir d'utiliser la mignonne comme tu dis justifie d'y mettre ce shui jin gui, et meme au dela, les plus modestes thés (j'ai pas dis les mauvais) ont parfaitement le droit de faire une petite virée dans la rolls en chocolat...elle atténue sa note torréfiée...

SoL 04/10/2008 13:46

je repense à un post de Philippe, Galette de Thé, qui faisait remarquer qu'une théière en porcelaine plus volumineuse serait bien suffisante pour préparer un thé simple ; est-ce que ta "rolls en chocolat" ne serait pas un peu trop pour ces feuilles modestes de Shui Jin Gui ? mais comment résister au plaisir d'utiliser la mignonne, je comprends ?!...

lionel 03/10/2008 14:05

Ce Shui Jin Gui vient de La Feuille de Thé, boutique de thé costarmoricaine (donc dans les Côtes d'Armor, Bretagne, France).Le pinceau que j'utilise est un pinceau à peinture banal, que je trempe dans la liqueur sortie de la théière, et j'enduis la théière encore chaude (important le faire alors qu'elle est chaude) avec du thé, pour la pâtiner et surtout le couvercle qui n'est pas en contact avec la liqueur autant que le corps de la théière, donc ça permet d'avoir une pâtine homogène sur toute la théière...c'est amusant à faire, presque sensuel...

Francine 30/09/2008 22:33

Je ne connais pas ce thé, pourrais-tu me donner son origine? Merci. Le pinceau pour patiner la théière m'intéresse aussi: quel type de pinceau? Comment procèdes-tu? Déjà merci pour ta réponse.