Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Monolithe ou kaléidoscope ?

31 Décembre 2006, 16:41pm

Publié par Lionel

 JOYEUSES FETES et BONNE ANNEE 2007

 

Avez-vous remarqué qu'au delà des six familles de thé (blanc, jaune, vert, bleu-vert, rouge, noir), il existe deux grands types de thés ? La classification que je vous propose ici ne repose pas sur des critères liés au processus de fabrication, mais sur la nature de la liqueur, sa structure plus exactement. D'un côté, les thés que je qualifie de "monolithiques", simples, bruts, de l'autre, des thés complexes, polychromes, polymorphes. Dans la première catégorie, je range essentiellement les thés rouges et certains pu er. Dans la seconde, les wulongs et d'autres pu er.

En quoi consiste une dégustation de thé ? En la rencontre entre soi et le thé. En l'occupation par la liqueur d'un espace-temps. L'espace de la bouche et du nez, le temps du thé...Chacun de ces deux types de thés occupe l'espace et le temps à sa façon. Les premiers sont francs, immédiatement entiers, instantanément eux-mêmes. Ils se présentent à nous sans apparat. Ils sont là, simplement. La liqueur est souvent sombre, marron, brune. Dès l'entrée en bouche, le caractère est affirmé, il variera peu même si l'on "joue" avec la liqueur en bouche. Pas de notes de tête ou de notes de queue. Assez peu d'évolution au fil des infusions. Ils occupent l'espace-temps par leur simplicité et leur personnalité unique et forte. Un Yunnan (Dian Hong), un Keemun (Qi Hong), un Lapsang souchong...Fiers monolithes, solides blocs de pierre, inaltérables et inusables. Mon coeur ne se lasse pas de les rencontrer. Les seconds thés sont plus mystérieux, ils ne dévoilent leurs charmes qu'après quelques préliminaires...Petit à petit, on les découvre dans toute leur complexité, pas à pas on chemine dans la diversité de leurs arômes et de leurs parfums. En bouche c'est le feu d'atifice : "Ô le miel ! Ô le chevrefeuille !". Kaléidoscopes, symphonies de fragrances. Cui Yu, Si Ji Chun, Mi Lan Xiang, Da Hong Pao...Rares pépites, précieux diamants aux multiples reflets.

Je vais vers les premiers quand je me sens dispersé, dilué dans les contingences de la vie quotidienne. Ils m'apportent unité et simplicité. Je rencontre les seconds en toutes autres circonstances. Quand mon corps et mon esprit, déjà en harmonie, veulent s'offrir un voyage exotique et coloré, aux mille aventures et rebondissements.

Commenter cet article

Lionel 04/01/2007 18:42

Merci Sacha, ton commentaire complète parfaitement mon texte, on aurait du l'écrire ensemble cet article !
Et bienvenue Basquiat dans les commentaires ! (Degemer mad ar émotionsdethé en breton...???)

basquiat 03/01/2007 17:50

Je trouve que la démarche est intéressante. Ce que j\\\'apprécie c\\\'est aussi le fait de ne pas renier complétement une catégorie comme beaucoup le font.
Ma classification de mes pu\\\'er prend en compte ces deux paramètres un coté les monoithé de l\\\'autre les kameidoscope enfin a peu près... Ensuite l\\\'affinage viens du plus doux au plus fort ainsi mes meilleurs pu er ne sont dispersés dans la masse. Pour les oolongs pour l\\\'instant je les classe par région de provenance du plus faible au plus riche.
ar vechal

Lionel 03/01/2007 13:15

Merci les amis ! Bloavez Mad 2007 comme on dit en Bretagne !

Philippe 02/01/2007 16:48

Bonne Année 2007 à toi aussi Lionel... Année du changement pour toi, n'est-ce pas ?

Belle interprétation de l'univers du thé que tu nous proposes là...

Sacha 01/01/2007 22:43

Très belles images Lionel...  J\\\'aime beaucoup lorsque tu ajoutes prendre les premiers lorsque tu es dispersé et les seconds lorsque déjà harmonisé, tu aspire à voyager sous leurs ailes...On peut aussi y voir l\\\'image du yin et du yang:  Les thés terrestres, masculins, ronds, puissants seraient yang.  Concentriques et cristallisants, ils nous aident à nous enraciner, à revenir au centre, à solidifier ce que nous possédons déjà en nous.  Les thés \\\'\\\'éthériques\\\'\\\' et célestes, volatils, fugaces seraient yin.  Ils émanent la féminité, l\\\'ouverture, le mystère...  le yin dilate, favorise l\\\'expansion.  Il faut d\\\'autant plus être déjà se sentir centré...!Je te souhaite, à mon tour, une merveilleuse année 2007 remplie de moments précieux et sacrés.  Longue vie à toi et à ton blog.