Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pu er en vrac 1997

7 Avril 2007, 21:07pm

Publié par Lionel

Avant demain de cacher ces petits oeufs et ces euros en chocolat dans le jardin, les voici aux côtés de quelques feuilles de pu er en vrac de 1997. Impressionnantes feuilles, très grandes, très belles. Jamais vu un tel pu er. Intrigant. Reçu hier par la poste, je l'ai dégusté ce matin alors que le soleil innondait déjà la pièce par la fenêtre. 3.5 g en théière taïwanaise. Bien que beaucoup préconisent le zhong pour découvrir un nouveau thé, je ne résiste pas au plaisir de manipuler ma petite théière taïwanaise. Le plaisir des yeux et des mains participe beaucoup pour moi à faire d'une dégustation un moment rare.

D'emblée ce pu er affiche son caractère : c'est plutôt jeune. Une liqueur vert olive - jaune. Une grande fraîcheur, un brin d'acidité. Le thé idéal pour un milieu de journée ensoleillé. Une première liqueur ronde, peut-être un peu fermée (logique me direz-vous...). Une liqueur bivalente : une jeunesse clairement affirmée par des notes végétales, mais aussi des notes d'évolution vers des pu er plus âgés et mûrs, notes terreuses et boisées, mais la première composante domine largement.  A ce moment de la dégustation j'ai écrit dans mon petit carnet :

J'ADORE CE THE, VRAIMENT.

Les liqueurs suivantes se poursuivent avec essentiellement du végétal en fermentation, une légère acidité bienvenue qui donne du relief. Une complexité aussi, pour un pu er pourtant jeune encore. Mais une complexité encore sous-jascente, qui n'exprime pas encore tout son potentiel. Mais ce pu er n'est pas monolithique et simple, il renferme j'en suis convaincu une belle diversité de parfums et de saveurs. A suivre dans les années qui viennent...

Ce pu er a aussi un profil et des goûts inconnus pour moi jusqu'alors. Il se situe sur une frontière imaginaire entre des très jeunes pu er et des thés en cours de maturation. Une liqueur métallique, fine et précise. Une dominante végétale et fruitée. J'en aurais  bu des litres, surtout par ce temps ensoleillé...et il est bien capable de me les fournir. J'en suis au moment où j'écris ces lignes à environ 8-10 infusions, et je vais en faire une ou deux autres sans tarder...

Je suis d'accord avec les commentaires de Raphaël et Philippe sur ce thé : les légumes, la fraîcheur, le sucré. En revanche, j'ai moins trouvé les fruits (la mirabelle ? faut être strasbourgeois pour la trouver je pense...) et la longueur en bouche...Mais je me réjouis d'avance en pensant aux prochaines dégustations qui me feront décourir ces aspects de ce thé aux multiples ressources...

Et pour son prix, 20 euros les 100 g, "ça fait cher pour une si petite boîte" diront les non avrtis, mais ça fait moins de 1 euros pour une journée entière de dégustation, et quelle dégustation ! En dépit de ce que montre la photo, la balance penche donc pour moi nettement du côté droit !

 

increvable athlète

jeune pu er dans la théière

marathon du thé

Commenter cet article

lionel 09/04/2007 15:26

Oui Philippe j'y ai aussi trouvé des ressemblances avec le TC 86 dont tu parles, mais peut-être encore plus avec la galette 31 de 98 : son côté minéral. Mais ça a tout de même moins de "fond" que le superbe TC 86...J'espère jeancarmet qu'il te plaira...Vu que j'avais qualifié le vrac 92 de "merveille", et que tu trouvais cela excessif, peut-être trouveras-tu, après l'avoir goûté, que mon commentaire est un peu dithyrambique...

jeancarmet 08/04/2007 19:14

Voilà un commentaire qui donne envie de gouter à cette nouveauté !Je dois aller à la M3T mardi et je vais donc acheter ce 97 à grandes feuilles, je suis sûr qu'il va me plaire.Merci pour ces belles notes de dégustation Lionel.

Philippe 08/04/2007 00:48

Par moment ce vrac me fait penser au carré n°3 de 1980 et à d'autres moments au Tuo Cha n°8 de 1986; c'est dire l'excellence de ce vrac 1997 pourtant si jeune encore. Comme Lionel, j'aime énormément !

Si Lionel, je t'assure il y a de la mirabelle dans l'air. Bon, tu as raison, j'ai peut-être plus l'habitude de ce fruit local que toi !! Cela-dit, Raphaël, qui n'est pourtant pas alsacien, parle également de mirabelle pour décrire ce Pu Er sur son blog...