Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Putain, 1 an !

10 Juin 2007, 16:44pm

Publié par Lionel

 

1 an que j'attendais ça, ou presque...Le tant attendu se nomme Darjeeling Mullootar FTGFOP1 First Flush 2007. Chaque année, c'est pour moi un grand bonheur de retrouver quelques grammes de Darjeeling de printemps. Après du Castelton (le must), de l'Ambootia, et du Moondakotee l'an dernier, voici donc le jardin de Mullootar. Look habituel pour un Darjeeling de printemps : de petits morceaux de feuilles, marron brun noir, parsemé de morceaux de feuilles bien vertes, plus de jolis bourgeons duveteux. Et ce parfum ! Mon dieu quelle merveille !

 

 

C'est un des thés qui me procure le plus de plaisir simplement au nez sur les feuilles encore dans leur boîte. Vous approchez doucement le nez de la boîte, le parfum est bien concentré, ça commence par une note acidulée, des agrumes, puis vient la fraîcheur, la note verte. Puis vous soufflez doucement sur les feuilles pour extraire dans l'air chaud les notes les plus volatiles, et ce sont des notes pâtissières qui vous parviennent, du biscuit au beurre, sucré, de la brioche...et surtout l'amande...Déjà de très belles choses...

Puis vient l'infusion. Les Darjeelings sont pour moi des thés capricieux, délicats à préparer, plus que des thés chinois (dont certains sont aussi délicats à préparer...). Je ne les réussis pas toujours, et j'ai mis un peu de temps à trouver les bons "paramètres" de préparation. Pour les Darjeelings de printemps, je procède ainsi : 4g pour 40 cl, une eau un peu moins chaude que pour un autre thé rouge, et 2 min 30 d'infusion voire moins. Pour cette première préparation de ce Mullootar, le résultat est plutôt bon. La liqueur est assez colorée, verte. jaune. Et quelle fraîcheur en bouche, quel mordant ! Peu de corps comme souvent sur les Darjeelings de printemps, une liqueur métallique, une sensation vraiment à part, rien à voir avec les thés chinois. Pas d'amertume, même si celle-ci est là qui guette. Une astringence agréable qui assèche le palais et la langue. Une longueur surprenante pour un thé de printemps.

Bref, d'heureuses retrouvailles avec un de mes thés préférés. Un thé dont il est rarement question sur les blogs que je "fréquente", dont beaucoup disent qu'il n'a pas les qualités qui en font un grand thé de dégustation comme les pu er, wulongs etc...Personnellement je lui trouve d'énormes qualités que je vous ai détaillées ici : un parfum frais hors du commun, une liqueur pure et purifiante. Un thé qui tient une place à part dans mon chemin de thé...

Commenter cet article

lionel 11/06/2007 18:26

Michel : Je connais mal l'oriental beauty/bai hao, mais je dirais que ce darjeeling est un thé "flash", un coup de fraîcheur, un thé de nez...alors que dans mon souvenir le bai hao a plus de corps, de complexité en bouche, peut-être une plus grande palette aromatique...Sur le registre des notes, le darjeeling est sur des notes vertes, de l'amande, alors que le bai hao va sur du miel, de la lavande (encore dans mon souvenir...lointain...)...
Ré-essaye Raphaël, sur un grand jardin récolte de printemps (ambootia, castelton, margaret's hope, etc...), avec les beaux jours actuels, c'est un thé de circonstance, vraiment un plaisir...

raphael 11/06/2007 10:14

Ah c'est bien ça !
Un peu d'air frais dans notre univers chinois.
Bon, je confesse que je n'ai jamais bu de Darjeeling qui m'ait séduit.
Mais il est agréable de penser que certains puissent y trouver une autre voie du bonheur.

Michel 10/06/2007 21:33

Moi j'aimerai bien aimer les thé rouges car j'en buvais petit avec ma grand mère britanique.. Mais le thé rouge pour moi ça fait trembler deux fois plus que le café, que faire?
Es-ce que c'est similaire à un orental beauty?