Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

anniversaire

15 Juin 2011, 09:19am

Publié par Lionel

Voilà maintenant 1 an, à quelques jours près, que je chemine sur ma voie du sencha. Flash-back.

Le 11 juin 2010, je recevais mon kyusu Watanabe Tozo, qui officie désormais chez Sébastien / Vacuithé.

 

DSC08249-copie-1.JPG

 

Quel coup de coeur avec cette terre de l'île de Sado, si soyeuse, cet objet robuste et délicat à la fois, ses formes rondes, caressantes...

 

Une semaine plus tard arrivait ma commande de thé à Yoshiaki Hiruma, Saïtama. Vous en voyez ici un paquet, en l'occurence le fukamushi fabriqué avec le cultivar Hokumei ほくめい.  Quelle claque ! Au même moment j'ouvrais le paquet de son Kukicha Honeppoi yatsu 骨っぽい奴. Reclaque ! Sur le coup je me suis dit que c'était là ma plus grosse émotion de thé (pour reprendre feu le titre de mon blog).  1 an après, je confirme. Ce sont ces thés qui aujourd'hui me donnent le plus de plaisir, les meilleures sensations gustatives, mais bien au delà...

 

Découverte donc du sencha 煎茶 au travers de thés très...atypiques des sencha...ça je m'en rendrai compte plus tard...

 

L'été s'écoule...je continue à boire mes thés rouges le matin (assam, darjeeling, qimen, yunnan...). Le thé vert japonais est un petit (grand !) plaisir occasionnel...Le kukicha fait merveille par les fortes chaleurs : facile à boire, raffraîchissant. Le Hokumei sied aussi bien au contexte : du végétal très typé, additionné de notes fleuries très fraîches, une amertume très regivorante...

 

Septembre 2010 : nouvelle rencontre décisive, avec JF, qui me présente le travail de la famille Yamada : Yamada So 山田 想 et son père Yamada Emu 山田常山, désormais appelé Yamada Jozan IV. Ce dernier est le fils de Yamada Jozan III, décédé en 2005, et qui fut le premier artiste japonais fabriquant des objets de thé (chaki) à être nommé Trésor National Vivant au Japon. Je tombe en admiration devant les pièces 'Yakishime' de ces potiers (pièces cuites au feu de bois).

 

DSC09054.JPG

 

Voici une photo prise ce matin même. Mon kyusu Yakishime signé Yamada So. Incroyables oeuvres de la nature. Créées par l'homme à l'origine, mais oeuvres sur lesquelles la nature - le bois, le feu, la terre... - vient mettre sa patte, imprimer son empreinte. Hasard des couleurs, des motifs, des textures...Echo au tronc d'un hêtre que je croise dans mes ballades...petit coussin de mousse sur une pierre...il y a tout ça sur ce kyusu.

 

Mais bizarrement, le 22 septembre 2010, ce n'est pas un kyusu de ce type que je reçois du Japon, mais son frère, argile rouge, cuit au gaz, shudei en japonais 朱泥急須.

 

DSC08499.JPG

 

Ici une des toutes premières photos que je prenais de ce kyusu. Sans l'avoir prémédité, plannifié...voici qu'entre chez moi une concurrente directe de la théière Watanabe Tozo.Et son exacte opposée. Watanabe Tozo c'est  : parois épaisses, surface lisse, anse et bec très discrètement attachés au corps de la thèière, dans un mouvement très fluide. Yamada So c'est : parois fines, surface granuleuse, et ces marques caractéristiques aux points d'attache des bec et manche, la terre écrasée par les doigts du potier ou par un petit instrument.

 

Je vais très vite mettre Watanabe Tozo au placard...avec une certaine nostalgie, car c'est elle qui m'a ouvert la voie au thé japonais...

 

04 novembre 2010 : autre date fondamentale. Première dégustation d'un thé japonais dès le saut du lit, 6h30. Depuis bientôt 10 ans, le thé rouge fait mon bonheur au petit-déjeuner. Darjeeling les premiers temps, Qimen, Yunnan...plus rarement un assam, quelques fois un petit pu er shu...En tout cas une liqueur foncée, forte, dans ma théière Wendan 35 cl terre marron. Le tout accompagné de tartines marmelades d'orange...Ce petit rituel prend fin ce 04 novembre.  Un peu fébrile, pas bien réveillé, je tente le sencha au réveil. Mais ce n'est pas qu'une expérience, une curiosité...Non, c'est devenu une nécessité : le thé japonais doit devenir quotidien. Non tant par addiction, mais par hygiène de vie, par discipline. Le thé japonais ne peut être un petit plaisir, une gourmandise occasionnelle. Il DOIT être ce compagnon du quotidien. Cela s'impose à moi, naturellement...

 

Depuis cette date, je consacre environ 1 heure le matin, 6h30 - 7h30, au thé japonais. Même plateau marron, alternance shudei - yakishime.

 

Décembre 2010 : commande de thés chez Maruyama-en. Je découvre le sencha "traditionnel, classique". Moins avant-gardiste que celui de Hiruma-san. Je redoute un peu cet instant : "Et si mon amour du thé japonais se limitait à ces thés de Saïtama, évidemment thés verts japonais dans toute leur noblesse, mais malgré tout des thés atypiques, nés de l'imagination et du savoir-faire incroyables de ce grand maître de thé...?". Ma crainte sera rapidement dissipée. Enorme coup de coeur en effet pour 2 thés : un Sayama cha 狭山茶, de la même région que les thés de Y. Hiruma, mais fabriqués selon une méthode très classique ; et un Asatsuyu あさつゆ.

 

Le Sayama m'ouvre la voie des fukamushi sencha, étuvage long, feuilles brisées, parfois poudreux, en l'occurence ici avec une phase finale de fabrication qu'on appelle hi-ire, très marqué, qui donne au thé une saveur sucrée, très douce, voire douceureuse comme le dit si bien Florent, notre sommelier en thé japonais, grâce à la gentillesse de qui j'obtiens d'ailleurs cette commande de bien jolis thés. J'adore ce thé !

 

Asatsuyu est aussi une découverte forte. Cultivar à nul autre pareil. Saveur prononcée de fèves, haricot, avec aussi de la menthe et du brocoli ! Mélange bizarre...mais je suis vite conquis par ce thé, qui ne me quitte plus depuis lors.

 

Février 2011 : Voilà que la République Tchèque fait irruption dans cette histoire franco-nippone !

 

DSC09038.JPG

 

J'entre en contact avec Petr Novak, qui me propose avec une infinie gentillesse de fabriquer un set de thé adapté à mes besoins. Je souhaite un set tout terrain ! Amener partout avec moi mon thé japonais, voilà le but. Au bureau...et l'envie secrète de thé dans la nature...Samedi 12 février je reçois cette théière et cette tasse. Génial !

 

Ce set fait mon bonheur au bureau, quand j'ai le temps après déjeuner. En déplacement en week-end ou pendant les vacances...Et évidemment dans la nature. Petit sac à dos, théière et tasse dans leur petite boîte en carton, thermos, sachet de thé. Assis sur une pierre au bord d'un petit ruisseau, dans une bande enherbée jouxtant un champ de colza en fleur, dans un parc proche de mon bureau, ...multiples théâtres de mes bonheurs de thé...

 

Février 2011 c'est aussi une nouvelle commande de thé, chez Thés du Japon, la boutique de Florent. Magnifique sélection. Superbe travail de notre nihon-cha instructor. Okuyutaka confirme mon amour pour les fukamushi au hi-ire marqué. Un nouvel Asatsuyu dont je suis dingue. Kôshun, futsumushi de Shizuoka, étuvage standard : caramel au beurre salé de Guérande, noisette, luxueuse astringence, délice !

 

11 mars : Sendaï tremble, et moi avec. Le couvercle de Shudei tombe. Brisé en 3 morceaux. Il est encore plus beau aujourd'hui.

 

20 avril : arrivée du kyusu Yakishime. La nature sur mon plateau à thé.

 

8 juin : arrivée du shincha 2011. Kagoshima Saemidori, Sakimidori, évidemment Asatsuyu. Ouvert Saemidori : quelles feuilles, quel parfum ! Quelle caresse...

 

1 an

Environ 1700 g de thé consommé

4 kyusu : Yamada So (2 shudei et 1 Yakishime), Petr Novak

 

kukicha honeppoi yatsu 骨っぽい奴
hojicha okorinbou おこりん棒
manma まんま
hokumei ほくめい
yumewakaba ゆめわかば
sayamakaori さやまかおり
fukumidori ふくみどり
fumika ふみか
chakakacha 茶花花茶
taishou 大賞
bihakkou tsuyayaka つややか
hanhakkoucha てふてふ
asatsuyu あさつゆ
tamaryoku cha 玉緑茶
sayama 狭山茶
kabuse cha かぶせ茶
kawane 川根
kagoshima, oku-yutaka おくゆたか
kagoshima, asatsuyu あさつゆ
yame 八女茶
shizuoka, hon.yama 本山
shizuoka, kôshun  
kama-iri cha 釜炒り茶

 

Des rencontres, hélas uniquement virtuelles :

F, Mulhouse

JF, Grenoble

Yoshiaki Hiruma

Hiroshi Kurimoto

Toru Yoshikawa

Hajime Koie

Yamada So

Florent

Petr Novak

 

Domo arigato gozaimashita.

 

Watashi wa ocha daisuki desu.

Commenter cet article

Nicolas 18/06/2011 12:57



Quel parcour réalisé en une année. C'est direct et limpide :)


Bon anniversaire


Amicalement


Nicolas



Lionel 16/06/2011 17:45



Philippe : oui, fonce ! Tu trouveras forcément de jolies choses chez Petr...soit via son blog soit sur le site Darjeeling.cz, que je regardais récemment...de superbes choses, vraiment. Tu peux
aussi te faire faire un set à thé sur-mesure !


Sébastien : il a l'air bien ce bouquin...Le sencha au réveil moi non plus je ne pensais pas que ça m'irait...Les thés de Hiruma-san ne me vont pas à ce moment là, mais les fuka bien doux sont un
plaisir...Pour moi d'une façon générale le matin tôt est le meilleur moment pour le thé...Et dommage oui pour ta Tozo...je pense qu'elle supporterait bien les voyages vu sa robustesse...


David et Sébastien : oui les dates...je note pas mal de choses dans un petit carnet, dont certaines dates...Mais je suis capable de les retrouver de mémoire...


 



Sébastien 16/06/2011 11:29



Lionel doit avoir un rapport spécial avec les dates... Dans un article précédent il était capable de nous donner au jour près - et de mémoire - les dates d'acquisition de toutes ses théières !!


Ca me rappelle une amie qui est capable de retenir des quantités industrielles de dates d'anniversaires... J'en stocke une douzaine dans mon petit cerveau, au-delà c'est impossible :)


 



David 16/06/2011 11:23



Magnifique chronologie. Rien que le fait d'avoir gardé les dates est impressionnant. Que de parcours en un an mine de rien. Je souhaite sincèrement que ta seconde année soit du même acabit. Ton
approche est vraiment saine et épurée, ça fait plaisir à voir et à lire.



Sébastien 16/06/2011 09:18



Chouette bilan, c'est vraiment le grand amour avec le Japon ^^


J'aime bien tes mises en scène épurées, minimalistes. En revanche, un sencha au saut du lit à 6h30 du matin, à priori ce n'est pas pour moi. Mais il ne faut jamais dire jamais, et après tout je
n'ai jamais essayé !


En revanche, préparer un thé vert est la première chose que je fais le matin en arrivant au bureau. Et depuis que j'ai mis un pied dans les thés verts japonais, le sencha a remplacé le Long Jing.
J'ai besoin de mon thé vert le matin, mais pas l'estomac vide :)


La seule chose qui me désole dans tout ça, c'est que ton ex W.Tozo est un peu sous-utilisée : je n'ai pas osé la trimballer au taf, et du coup je ne m'en sers qu'une fois par semaine (2 maxi.) :
le w/e pour mon thé vert matinal. Je me demande si je ne vais pas essayer de lui fabriquer une housse antichoc pour l'emporter au travail et ainsi l'utiliser quotidiennement.


Bonne continuation dans ta pratique du sencha !


Tiens, on m'a offert ce bouquin (en anglais malheureusement), tu
le connais ? Je suis loin de l'avoir fini (je lis pas vite en anglais), mais c'est extrêmement intéressant.