Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

mon histoire de thé (10

12 Septembre 2012, 11:57am

Publié par Lionel

Depuis bientôt 1 an, j'utilise une petite théière chinoise "xishi" pour infuser mes pu er. Je n'utilise que cette théière pour tous mes pu er.  Sachant que j'en bois disons 3 par semaine en moyenne, cela fait environ 150 dégustations d'affilée avec le même ustensile. J'adore cette théière. Et pourtant, j'en veux une autre ! Je regarde régulièrement les sites de vente sur internet, à la recherche d'une jolie petite yixing...Mais pourquoi au fait ? Je n'ai aucun besoin d'une autre théière pour mes pu er. Mais j'en ai envie.

 

Idem pour mes pu er. J'aime les jeunes pu er shengs (1 à 3 ans). Donc par définition je n'ai pas intérêt à en stocker de trop au risque de les voir évoluer vers des pu er au profil que j'apprécie moins. Il me suffit d'en avoir un petit stock d'avance, puis d'acheter au rythme de ma consommation annuelle (disons 2 galettes/an). Or j'ai acheté cette année 2012 près de 3kg de jeune pu er ! (Faut dire aussi que je partais de zéro en la matière...). Mais j'ai encore en tête des pu er 2012 qui me font envie, pour lesquels je me dis "c'est une affaire à ne pas rater !".

 

Je reprends ici une phrase tirée d'un article au sujet du dernier livre de l'économiste Daniel Cohen, Homo economicus...:

Les humains ont des difficultés à atteindre le bonheur car ils s’habituent à tout : on veut aller de l’avant.

2 choses me parlent vraiment dans cette phrase.

 

+ On s'habitue à tout.

Effectivement. Hélas oui. Quel émerveillement, quelle fête à chaque fois que l'on reçoit un nouvel ustensile par la poste, que fébrilement on ouvre le paquet suremballé, que l'on éffeuille les couches de papier de protection..."C'est la théière de ma vie !". "Jamais je n'ai ressenti ça !". Les premiers jours on n'utilise plus que cet ustensile. Puis la passion se distend, le temps fait son travail de sape. Telle galette de pu er tant attendue, tant convoitée...aujourd'hui empilée, anonyme au milieu de ses congénères sur l'étagère à pu er.

 

Cela soulève la notion de fidélité en matière de thé. Sur laquelle je pense revenir...A quoi est-on réellement fidèle quand nous parlons de thé ?...

 

+ On veut aller de l'avant.

Besoin de renouveau. Créer du buzz. Toujours plus. Je l'ai déjà écrit dans ce blog...désolé je radote. En permanence avoir un projet d'achat sur le feu, telle jolie galette, telle céramique d'un potier en vogue, telle théière...Je dresse un constat sur ma propre pratique. Qui peut avoir le ton du regret ici, mais qui fait mon bonheur au quotidien aussi. Le plaisir de flaner sur les sites internet, échanger avec des potiers qui produisent des merveilles à chaque cuisson, discuter avec des vendeurs de leurs futurs produits, fruits de leurs recherches dans les zones de production, volonté de saluer le travail des producteurs japonais ou chinois...

 

Pour rester dans le champ lexical de l'économie, je constate que j'ai basé mes achats en matière de thé sur l'offre. Tel vendeur offre tels thés, tels ustensiles, qu'est-ce que j'aime là-dedans ? Que puis-je bien acheter ? Depuis quelques mois maintenant, j'ai inversé le processus : je pars de ma propre demande. Quelle est ma demande ? De quoi ai-je besoin ? Je me remets à aimer le pu er, j'en bois de plus en plus, régulièrement, j'ai une petite xishi dans laquelle je fais tout, une autre petite yixing serait la bienvenue pour y faire les shu et laisser la xishi sur les jeunes shengs. C'est une analyse qui a du sens, je pars de ce dont j'aurais besoin...Je veux me remettre au matcha, je vais rechercher un chawan parce que je n'en ai pas...Ca fonctionne infiniment mieux ainsi. Naturellement j'observe que les achats qui résultent de l'analyse de ma demande sont bien moins nombreux (donc onéreux) que les achats qui résultent de l'analyse de l'offre disponible, qui est finalement infinie.

 

Autre constat : rien n'est plus utile et sain que d'éprouver ses envies sur la durée. Mettre ses envies, ses coups de foudre à l'épreuve du temps. Le jour où j'ai compris et mis cela en ces mots, j'ai gagné le jack-pot. Je flashe sur tel nouveau kyusu japonais. Waouh, qu'il est beau. Allez je clique sur "Valider la commande" et c'est parti ! Et si j'attendais demain ? Tandis que dans l'intervalle je me demande si réellement ce nouveau kyusu aura sa place dans ma pratique du sencha, et si après 3 mois d'euphorie il ne va pas rester dans mon meuble à thé...(j'en ai comme ça, des tasses ou théières...). Jour après jour s'interroger ainsi. Puis dresser le bilan après plusieurs semaines par exemple. J'ai ainsi abandonné plusieurs projets d'achats de thés ou ustensiles ces derniers temps. Et puis heureusement il y en a qui passent le test ! Cette petite théière alternative à ma xishi pour mes pu er, je la veux depuis janvier ! je ne l'ai pas encore trouvée, mais je sais que je la veux !

 

Loin de moi l'idée de donner des leçons de morale, de vouloir montrer l'exemple ou la voie à suivre, ou de m'auto-flageller pour mon hyperconsommation en matière de thé, théières etc. C'est un simple constat. Aujourd'hui je suis clairement en train de "me déshabiller" et de me re-centrer. J'ai récemment vendu 2 théières. Je pense en revendre quelques unes à l'avenir encore. 2 kyusu pour le japonais, 2 yixing simples pour le pu er me suffiront amplement. Ne pas stocker du pu er à l'infini. Ne pas sur-assurer ma consommation de sencha et me retrouver en mai au moment de la nouvelle récolte avec encore 5 paquets de la précédente sur les bras...

 

Alors oui ça désacralise le thé au quotidien que d'analyser ses besoins (analyser, besoins...quels mots froids et horribles !), se méfier des coups de foudre, mettre le frein à ses découvertes de nouveaux artistes. Ca fait de nous des gestionnaires pépères...Ca coupe court à toute folie...Et si à 37 ans j'ai trouvé mon équilibre wabi-sabi, ne vais-je pas m'ennuyer ferme les 20 années qui viennent ? On verra bien...

Commenter cet article

edp 22/09/2012 23:34


Je relisais ce jour ton post après justement avoir fait mon bilan théique. 


"Besoin d'éprouver ses besoins dans la durée" : ça c'est un truc que j'ai en général appliqué. Chez moi, quasiment aucun achat n'a été fait sur un coup de tête, et de ce fait plusieurs me sont
passés sous le nez. Pour certains, je regrette. Je n'appliquais pas cela à mes débuts "sérieux" ni à l'apparition d'un nouveau vendeur à bonne réputation. Au final, ma frénésie d'achat au début a
été utile pour me former, tandis que les achats frénésiques auprès de vendeurs ayant bonne réputation sans que j'aie trop testé moi-même ont été souvent soit donnés, soit revendus, soit partis à
la poubelle. Maintenant mes achats même peu couteux sont murement réfléchis.


"On s'habitue à tout". Là je suis moins d'accord me concernant. J'ai révisité ma liste de 378 pu er que j'ai chez moi (378 c'est hors échantillons). Finalement si l'on excepte les produits que
j'ai acheté dans un but de conservation de long terme ou ceux que je visite volontairement peu du fait que je souhaite les faire durer (par exemple quand on a un seul tuocha 2 de la M3T ou bien
environ 40g d'un vrac des années 30 ramenée de Chine par une amie, on fait durer ces trucs-ci), peu de thés sont "oubliés". Il y en avait que 8 (c'est peu sur 378). Pour les théières, elles sont
toutes (plus ou moins) utilisées, sauf celles que j'ai acquise en déco. 


"on veut aller de l'avant" : une fois passé les frénésies d'apprentissage, pas tant que cela. Si l'occasion s'en présente, je restockerai bien quelques uns des thés que j'adore et qui sont
sous-stockés (j'aime bien avoir 1kg, soit en gros 3 galettes, des thés que j'apprécie particulièrement). Les découvertes sont plus ponctuelles et ne représentent qu'une petite partie des
achats. 


 

Fred 19/09/2012 14:29


Coucou,


l'âge de la maturité ... et de la sagesse ?!


Résonance de tes mots avec mes préoccupations actuelles.


Bisous


 

edp 14/09/2012 00:42


Tes réflexions sont comme toujours intéressantes. 


 


J'ai été un peu surpris par ta première partie de discussion de la phrase de D. Cohen. En fait j'ai rarement senti cet effet "on s'habitue à tout". Mes théières ne m'ont jamais émerveillées au
point "c'est la théière de ma vie", et en même temps tournent réellement sur les usages prévus. Une galette empilée et presque oubliée ? Mis à part celles qui sont volontairement oubliées, il y
en a très peu pourtant malgré le quintal de pu er qui traîne chez moi... 


 


Puisque tu places ta réflexion au niveau économique, je vais te suivre sur ce terrain. Le fait d'abord d'avoir un comportement lié à la demande et non à l'offre n'est pas si surprenant. En effet,
un agent ne pourra avoir un comportement purement rationel (que tu sembles vouloir atteindre) que s'il connaît parfaitement son pré-ordre de préférence (ou pour simplifier, sa fonction d'utilité
si le pré-ordre est représentable ainsi). Or, se donner son préordre de préférence nécessite de connaître parfaitement tous les biens disponibles pour pouvoir définir le préordre. Et c'est
justement ce que tu as fait au début. Puis vient ensuite le moment où tout individu censé cherchera à trouver l'élément maximal de son préordre. Pour certains, c'est la collection ; pour d'autres
la frénésie d'achats ; pour d'autres, le plaisir de la dégustation. Ces éléments ne sont pas contradictoires, mais pas non plus parfaitement compatibles.


 

jean-frédéric 13/09/2012 12:17


J'abonde dans ton sens Lionel. Un chaki tient dans la poche, ou presque. La consommation d'objets c'est aussi avoir une certitude sur sa propre pratique, définir SON goût face à celui des autres,
flatter notre certitude d'être dans le juste, rester très centré sur la feuille et la dînette, censurer l'aléatoire et la poésie invisible de l'instant. C'est une ouverture vers l'analyse, le
quantifiable, le chiffre, et donc une impasse. Les raisons esthétiques ne sont pas valables. L'objet en soi n'est rien, c'est le regard que l'on porte dessus qui à une importance. 
Paradoxalement, pour savoir faire une synthèse et revenir à l'essentiel, il faut se laisser aller à des comportements compulsifs. Bizarre l'homo erectus......

Mr Pomme 12/09/2012 21:31


Encore une belle introspetcion pleine de vérité mais je ne pense pas que l'équilibre est ennuyant .Je pense qu'a contrario par la maitrise et l'équlibre  apparait la liberté d'apprécier ce
que tu as chaque jours et enlever le stress de la frustration de ne pas posseder tel ou tel chose.


En tout cas c'est comme ça que je ressent les choses.