Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

nu

16 Décembre 2009, 13:56pm

Publié par Lionel

je suis la page blanche, le thé est le poète
je suis la toile, le thé est le peintre
je suis l'argile, le thé est le potier

laisser venir à moi ses mots, ses couleurs, ses formes

les choses telles qu'elles sont, sans a priori, sans idée préconçue

se débarasser de ses oripeaux, faire tabula rasa, lâcher prise

être nu et fragile, pleinement réceptif à la plus petite chose


je m'aperçois que j'ai jusqu'à ce jour fait pas mal de 'surqualité' :
blinder sur la théière : de potier, terre épuisée, mini 300 euros...
blinder sur le thé : pu er sheng mini 15 ans d'âge, rocher haut de gamme, rouge prestigieux
maintenant : enlever ce blindage, cette armure, être à nu et laisser venir...

non pas affirmer qu'une très bonne théière et un très bon thé sont choses vaines, loin de moi cette idée
certainement de telles choses sont capables d'apporter de grandes joies de dégustation

mais avant tout adapter sa façon de faire le thé à sa nature profonde
7 ans de cheminement sur ma voie du thé
et pas encore expérimenté réellement les apports d'une très bonne théière (300 euros et +) versus une théière plus 'modeste' (30-50 euros)
mes thés préférés sont des rouges à 10 euros, des wulongs taïwanais à 25 euros, des pu er shu ou jeunes sheng

'facile' d'investir dans les matières nobles : théières, thé
et oublier l'eau et ses propres sensations, son attention

plutôt que d'investir dans le thé, s'investir dans le thé...


Commenter cet article

Francine 21/12/2009 18:18


Voilà un très beau texte dont je partage entièrement le contenu


lionel 18/12/2009 21:40


Mais quel joli, très joli article!!! J adhère!




David 16/12/2009 17:53


J'ai lu un jour quelque part que le plus dur était certainement de faire fi de tous les préjugés, des attentes, de tout ce qu'on a pu entendre ou lire au moment de porter la tasse à ses lèvres (cf
le syndrome du thé bon chez le marchand quand il vous en vante les mille vertues et qui devient quelconque chez soi.) C'est à mon avis plus dur que d'infuser un thé. Ca demande une habitude et une
discipline, comme la méditation ou le yoga. Il ne s'agit pas d'être analytique ou à l'écoute de ses sens. C'est différent. Juste de ne rien attendre de particulier même de quelque chose qu'on
déguste tous les jours. D'être capable de redécouvrir à chaque fois. De ne rien prendre pour acquis.

Très beau texte et bonne résolution pour quelque chose qu'on ne fait jamais assez.

++