Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rentrée

4 Septembre 2014, 17:25pm

Publié par Lionel

Je reprends ce blog après plusieurs mois d'absence...Je ressens le besoin d'écrire sur mes moments de thé matinaux...Je vais essayer de relater ici mes expériences, émotions et réflexions au quotidien...comme un journal...

 

 

20140311_102339.jpg

 

Ce matin. 6h35.

Yabukita futsumushi sencha de Shizuoka. Robustes aiguilles de tailles inégales. Superbe thé oeuvre de Mr Shigeta.

Kyusu de mon ami Taisuke-san.

Guinomi Ido Omae Satoru.

 

images-13jan10-1113_Rb.JPG

 

Je ressens un privilège immense de pouvoir vivre de tels moments. La 1ère tasse de cette liqueur de sencha vaut tout l'or du monde. J'y passe près d'un quart d'heure.

 

Désormais je ne prends plus de notes pendant mon heure de thé japonais du matin. Je ne lis plus non plus, ou presque plus, sinon de la poésie. Je m'efforce, sans grand succès pour l'instant, de faire le vide, m'extraire du monde pour entrer en moi-même. Pas facile. Les activités de la journée de travail à venir envahissent inévitablement ma tête. Entre autres...

 

J'essaie d'accompagner le trajet de la liqueur qui coule dans mon corps pour apaiser les tensions, laisser retomber la turbidité des idées et des émotions comme le dépôt lentement sédimente dans un verre d'eau sale que l'on vient de remuer.

 

J'essaie aussi d'écouter le silence pour me concentrer. Et de délier les gestes, de les accompagner du souffle.

 

Mais j'ai encore un immense chemin de pratique à parcourir...

 

 

Je me rends compte que la tasse joue un rôle grandissant dans ma pratique du thé japonais. Je suis un grand amoureux des théières, kyusu japonais en particulier. Mais la tasse, guinomi ou yunomi, est finalement l'ustensile que l'on a en main le plus pendant une dégustation. La théière une fois la liqueur versée est reposée sur le plateau. Alors que je garde la tasse en main tout le temps de déguster la liqueur. Le contact physique avec la main et les lèvres donne à la tasse une grande importance.

 

En la matière ce Guinomi Ido est une perle rare. Son émail craquelé est comme la peau d'une main crevassée par le temps et le travail. Il me fait penser aussi à ces terres arides dont la couche de surface se fendille et se soulève comme pour appeler à l'aide...

 

1312017-Terre_craquelee.jpg

 

C'est sur cette terre que je construis la base de ma journée.

Commenter cet article

Lionel 06/09/2014 18:08


Merci David !


 

David 05/09/2014 10:23


C'est marrant, on prend des chemins semblables mais pour des raisons très différentes. En tout cas, c'est toujours un plaisir de te lire ici.