Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

mon histoire de thé (2

24 Juillet 2012, 14:33pm

Publié par Lionel

Mariage Frères aura été la boutique qui m'aura permis d'ouvrir mon éventail de thés....Même si je ne côtoie plus cette boutique, je garde un excellent souvenir de mes visites rue du Faubourg St Honoré ou Quai des Grands Augustins...Ces murs de boîtes noires et marron, cette carte inépuisable...tous ces Darjeeling ! ces Assam ! ces rouges chinois ! Je n'y ai pratiquement acheté que des thés rouges, jamais de wulong ou de thé vert...

 

Fin 2003, je découvre une autre boutique parisienne, place Monge : la Maison des Trois Thés. Première visite, première dégustation d'un vrai wulong : un Gao Shan Cha (quel n°???). Dans une vraie petite théière en terre, tasse à sentir, tasse à déguster et tout et tout...Je débute l'apprentissage du gongfucha. Grosse quantité de feuilles, petite théière, eau très chaude, infusions instantanées...Quelle délicieuse dinette ! Je repars ce jour-là avec un Cui Yu, wulong fleuri de Taïwan, superbes perles vertes, et Shui Xian 1, thé de rocher d'entrée de gamme. Que je préparerai en grande théière en fonte Mariage Frères. Quelques semaines plus tard, nouvelle visite place Monge, nouveaux achats : Wen Shan Bao Zhong, Si Ji Chun, et surtout...et surtout un ensemble à gongfucha : petite théière noire, pot noir en terre, tasse à sentir, tasse à déguster. Suivront un Mi Lan Xiang, et un pu er : Vrac 1992 n°15. Quels thés ! Wulongs de Taïwan, tantôt fleuris tantôt miellés, mon premier Dan Cong, mon premier Rocher, mon premier Pu er...

 

Je m'exerce alors au gongfucha chez moi. Le vendredi soir uniquement, récompense de la semaine. C'est un moment sacré, trop. Influencé par le sérieux, le cérémonial de cette boutique, et aussi dans la volonté de bien faire, de maîtriser les paramètres...Je pèse le thé. Je vérifie scrupuleusement que tel thé peut aller dans cette théière noire que je veux consacrer aux wulongs fleuris, y faire un seul thé autre ruinerait le début d'infinitésimal culottage de cette théière ! Je compte les secondes d'infusion. Je note mes paramètres, mes impressions : feuilles sèches, feuilles rincées, infusion 1, 2, 3 etc. Fin de dégustation, rincage des instruments, je traque la moindre tâche sur ma théière, veille à ce qu'elle sèche le plus vite possible...Bref, du plaisir, mais du stress aussi en quelque sorte...Je finis par tourner un peu en rond avec ces wulongs fleuris, après 3-4 mois de GFC hebdomadaire...tous un peu pareil,s manque de force en bouche. Ceci dit de très beaux moments de dégustation...

 

Quand je vois comme je pratique le GFC aujourd'hui, et comme je le vivais à l'époque...D'ailleurs j'ai mon petit plateau, petite xishi sur son bateau - assiette et petite tasse à côté de moi alors que je rédige ces lignes...Pas pesé le thé, infusions de quelques secondes à plusieurs minutes, de l'eau qui coule partout, des tâches sur la théière ! Autre différence : je m'attache beaucoup moins à essayer de disséquer mon thé, en déceler les moindres subtilités, noter tout cela précisément. Je reste présent le plus possible avec mon thé (quoiqu'en même temps je pianote sur l'ordi...), mais je prends les choses comme elles viennent, sans essayer de tout contrôler, tout maîtriser, même si les conditions extérieures ne sont pas hyper propices au moment de thé...

 

Bilan en ce jour de fin 2003, début 2004 :

- j'ai découvert un grand nombre de thés, surtout thés rouges indiens et chinois, mais aussi les grandes familles de wulongs. De belles qualités de feuilles, mais pas encore de très grands crus.

- 2 belles boutiques parisiennes m'accompagnent sur mon chemin de thé.

- je suis déjà amoureux des petites théières en terre...j'en possède alors 1 !

 

Prochain épisode : 2004, la découverte du pu er.

 

Commenter cet article

David 24/07/2012 21:15


"Du plaisir, mais du stress..." Sans être vieux dans le monde du thé, j'avoue que cela me rappelle bien des souvenirs...


 


Définitivement, le meilleur feuilleton de l'été !